Covid-19
Prenez-y un plaisir fou

Espaces identitaires | eXcentrer

Randa Maddah, Emilie Serri, Guillermo Trejo et Kim Waldron
  •  Espaces identitaires / Excentrer
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4
  •  Espaces identitaires | Excentrer 4

La Galerie d'art Desjardins (GAD) est heureuse de présenter Espaces identitaires, la dernière exposition d'eXcentrer, une série de quatre expositions de groupe qui ont composé sa programmation depuis septembre 2019. Initialement prévue au printemps dernier, l'exposition a été prolongée en raison de la COVID-19 et sera présentée du 8 septembre au 18 octobre 2020. Celle-ci portera sur la dualité entre l'ouverture sur le monde et les lignes de fractures qui s'y insèrent  retraits, fissures, fermetures  et présentera les oeuvres de Randa Maddah, Emilie Serri, Guillermo Trejo et Kim Waldron. Le choix des thématiques, des artistes et des oeuvres est fait de manière collaborative dans le cadre d'une résidence de commissariat réalisée par Marthe Carrier (Galerie B-312), Stéphanie Chabot (Centre des arts actuels Skol), Emmanuelle Choquette (Arprim, centre d'essai en art imprimé) et Émilie Granjon (CIRCA art actuel).

Citoyens du monde, qui sommes-nous, exactement? Les mirages de la mondialisation sont-ils en train de niveler, voire d'effacer nos appartenances culturelles, sociales et politiques au profit d'une économie planétaire qui n'a que faire des frontières et des États? À quoi tiennent nos territoires? Quelles en sont les sources souterraines? Pour cette exposition, Espaces identitaires, les artistes ont puisé dans ces registres. Ils nous proposent des oeuvres qui abordent, sur un mode intimiste, ces filiations.

La vidéo de Randa Maddah nous entraîne sur les hauts plateaux du Golan, sa terre d'origine (l'artiste vit maintenant en France), qui jouxte les frontières d'Israël, de la Syrie, de la Jordanie et du Liban. Dans un lent rituel de gestes issus du quotidien  elle balaie et nettoie les lieux, meuble l'espace, l'ornemente  l'artiste se réapproprie une maison en ruine, détruite lors des bombardements israéliens ayant eu lieu en 1967. En occupant cette maison abandonnée, l'artiste met en scène des mécanismes de résistance et de réappropriation.

Née à Montréal d'une mère belge et d'un père syrien, Émilie Serri examine sa filiation avec la Syrie, un pays qu'elle a très peu connu. L'installation vidéo Green Screen (R0G255B0) se compose d'un écran lumineux, un green screen suspendu. D'un côté de l'écran, on entend la voix de son père racontant des fragments de sa Syrie natale, entrecoupée d'une voix de synthèse référant à des guides touristiques. De l'autre côté, projetées, on peut lire des phrases glanées sur le web, extraites du quotidien de Syriens y vivant. Aucune image : seules subsistent les paroles et les écrits, auscultant une expérience réelle ou fantasmée d'un pays aujourd'hui peu accessible.

Guillermo Trejo, artiste mexicain vivant à Ottawa, nous propose une oeuvre où il trace la ligne officielle de sa double identité : il réunit, en une seule image, les photographies extraites de ses deux passeports dont il reproduit également les rectos, accompagnés de leurs numéros de matricule. Pour la série Protesta, dont il propose ici une nouvelle itération, l'artiste extrait des phrases des médias publics et sociaux qu'il réinjecte dans l'espace de la galerie. Il reprend ainsi les techniques de recouvrement des graffitis utilisés par le gouvernement mexicain pour masquer l'affichage intempestif d'une dissidence flagrante.

La série Made in Québec de Kim Waldron, réalisée en Chine, présente l'artiste se mettant en scène dans des situations de travail variées. Elle offre son temps en reconnaissance de l'importante contribution chinoise à l'accessibilité des biens de consommation, dont profite largement l'Occident. Vêtue d'un sarrau gris, on peut voir l'artiste cuisiner dans un restaurant, livrer des bouteilles d'eau, confectionner des vêtements et nettoyer les sols : ces différents contextes performatifs mènent dès lors à des réflexions à caractère social ou politique.

Micro-résidence Instagram
Dans le contexte de la prolongation de l'exposition, nous avons invité les artistes à participer à une micro-résidence sur le compte Instagram de la GAD. À tour de rôle, ils infiltreront notre plateforme pour y diffuser du contenu du 15 septembre au 12 octobre prochain. Restez à l'affût pour découvrir leurs univers!

Médiation culturelle
Pour plus d'information sur nos activités de médiation, restez informés par le biais des réseaux sociaux ou contactez Hella Derouin, responsable de l'animation, par téléphone au 819 477-5518, poste 224, ou par courriel à galerie@artsdrummondville.com

Mesures sanitaires
Afin de faciliter les visites de l'exposition tout en respectant les mesures sanitaires émises par le gouvernement, un maximum de dix personnes à la fois pourra circuler dans la galerie et ce, pour une durée maximale de 45 minutes afin d'assurer la rotation des visiteurs. Pour le moment, aucune réservation n'est nécessaire pour visiter l'exposition. Si une activité spéciale est organisée et demande une inscription, nous vous en tiendrons informés. Ces mesures demeurent sujettes à changement selon les normes établies par la Santé publique. Le port du masque, le respect de la distanciation physique ainsi que la désinfection des mains à l'entrée sont obligatoires. Nous vous remercions pour votre collaboration.

Horaire d'ouverture
Exceptionnellement, la GAD ouvrira ses portes du mardi au vendredi inclusivement, de 13h à 17h. Cet horaire est sujet à changement au cours des prochaines semaines. La GAD est accessible en fauteuil roulant et le public est invité à s'informer de ses activités par le biais des réseaux sociaux et en s'inscrivant à son infolettre à excentrer.com.

Évènement Facebook

DATE

20 mars au 18 octobre 2020